de superimmo.com

Votre magazine en ligne d’information sur l’immobilier

Mag

David Chouraqui, Square Habitat Crédit Agricole : "Nous sentons une forme de fébrilité, à la vente comme à l'achat"

publié le 16 février 2021

Square Habitat Crédit Agricole est un réseau de 510 agences couvrant 70 % du territoire, animé par 3 200 collaborateurs. La tête des réseaux Square Habitat est intégrée à Crédit Agricole Immobilier, les agences étant, aujourd’hui, la propriété des caisses régionales.
Square Habitat exerce tous les métiers de l'immobilier : transaction neuf et ancien (60 % de l'activité), gestion locative et location syndic. Avec un chiffre d'affaires de 230 millions, le réseau initie 35 000 transactions par an.  
David Chouraqui, DGA de Crédit Agricole Immobilier en charge de Square Habitat et des services aux particuliers partage avec nous sa vision du marché.

David Chouraqui, DGA de Crédit Agricole Immobilier en charge de Square Habitat et des services aux particuliers

Quelle est l'ambiance en ce début d'année ?

Le 1er post-confinement avait déclenché une hausse très forte de l’activité. Des signatures de contrats initiées avant le confinement, ou encore de nombreuses nouvelles transactions nous ont ainsi permis de très bien terminer l'année 2020, contrairement à ce que nous pensions à mi-année. 

Les dernières semaines de 2020 ont toutefois été marquées par une baisse des contacts. Nous ne sommes plus dans la frénésie de mi-2020, même si les prix se maintiennent et que le niveau de la demande reste bon !

Vous avez une relation particulière avec Crédit Agricole Immobilier ?

Il y a, bien sûr, une confiance forte au sein du réseau concernant les programmes Crédit Agricole Immobilier. La proximité naturelle joue au moment de découvrir un nouveau programme et de réussir sa commercialisation… Mais nous entretenons de très bons rapports avec de très nombreux promoteurs. Nous sommes de bons partenaires.

Votre clientèle est plutôt urbaine, rurale ?

Nous suivons la dynamique du marché, bien sûr. Mais ce qui nous caractérise par rapport à d'autres réseaux, c'est notre intégration au cœur des territoires, de tous les territoires. Cela fait partie de notre « ADN Crédit Agricole ». Nous disposons d’un maillage très dense, y compris dans les villes moyennes et petites.

Avez-vous constaté des transactions qui ont échoué, du fait du resserrement des conditions d'octroi des crédits ?

Quelques-unes, mais ce phénomène est resté marginal chez Square Habitat. Cela n'a pas cassé le marché.

Dans votre clientèle, beaucoup de primo-accédants ? Ce sont eux qui tirent le marché ?

Oui, beaucoup, ils tirent plus le marché depuis fin 2020. Il s’agit d’investisseurs, qui représentent chez nous une part importante. 

Quels conseils donneriez-vous aux acheteurs et vendeurs ?

Je leur conseillerais de ne pas adapter leur stratégie en fonction de phénomènes comme la Covid. Il faut dérouler le projet avec ses fondamentaux, en fonction d'un projet de vie. 

Je ne crois pas aux retournements de tendances brutaux. Il y a beaucoup de désirs immobiliers nouveaux. Mais j’ignore si beaucoup de clients passeront à l’acte, notamment à court terme. Certes, les demandes de maisons avec jardin ou de balcons dans les résidences augmentent, mais les fondamentaux demeurent, comme le besoin d'habiter près des pôles d’activité, d'investir en respectant ses capacités de financement etc. Ce sont des paramètres qui stabilisent les tendances de façon très fortes. 

Penser qu'un événement comme la Covid va rebattre totalement les cartes et qu'il faudrait patienter pour concrétiser les projets de vente, les projets d'achat ? Je n'y crois pas.

Avez-vous constaté un changement dans les besoins des clients?

Nous constatons un besoin d'accompagnement de plus en plus global et une recherche d'expertise très poussée. Expertise géographique, de valorisation des biens, en matière de travaux, de projets de financements… 

De plus en plus, nos clients nous demandent de les accompagner sur l'ensemble de leur projet. Le client attend autre chose qu'une simple mise en relation ou une visite. Cette tendance n'est pas vraiment nouvelle, mais elle se renforce. 

Par exemple, nous proposons un accompagnement au déménagement, une assistance pour un changement de contrat, une prestation de home staging avant la mise en vente… Le client demande à son agent immobilier d’être sur tous les fronts. Nous sommes des conseillers immobiliers, au sens premier du terme.

Sentez-vous toujours cette envie de profiter d'un marché porteur ?

Nous ressentons tout de même une forme de fébrilité, à la vente comme à l'achat, que nous tentons d'apaiser, appuyés que nous sommes sur les fondamentaux dont je vous parlais. 

Mais certains de nos clients souhaitent décaler un projet pour "voir un peu ce qu’il se passe" ; La fragilité économique fait qu'un projet de "prendre une pièce de plus" sera sans doute remise à plus tard…

Enfin nous répondons à beaucoup de questions sur des sujets tels que la rénovation énergétique. Un sujet qui prend de plus en plus d'ampleur. Les clients savent que cela impacte le niveau de prix des biens. De plus, à partir de 2023, tous les logements énergivores seront interdits à la location, ce qui confirme une sensibilité de plus en plus forte des clients à cette question énergétique. 

À lire également

Revue de l'immo #86 du 20 février 2021 Revue immo publié le 20 février 2021

Cette semaine dans la Revue de l'immo, l'État reporte et adoucit la nouvelle norme environnementale RE2020, portrait-robot du nouveau DPE, la fin de la saga Paris/Airbnb, les ventes de maisons en chute libre, et le sujet sensible des honoraires des agents immobiliers.

Lire l'article
Revue de l'immo #85 du 13 février 2021 Revue immo publié le 13 février 2021

Cette semaine dans la Revue de l'immo, les prix flambent aux abords des lignes du super métro, les propriétaires squattés sont suspendus aux lèvres du préfet, des édifices emblématiques de Paris trouvent une seconde vie, et la vente en viager redore son blason.

Lire l'article